Sécurisez vos châssis

Chaque année, 70.000 tentatives de cambriolage se déroulent en Belgique, une toutes les sept à huit minutes. Vos châssis représentent des cibles de choix pour une effraction. Mais généralement, le cambrioleur laisse tomber s'il ne parvient pas forcer le passage en moins de cinq minutes.
Si vous placez de nouveaux châssis, leur résistance à l'effraction dépend de plusieurs paramètres.

Privilégiez un vitrage de sécurité/feuilleté (avec un ou plusieurs films plastiques séparant la vitre côté extérieur) : il tiendra plus longtemps en place, et même cassé, retardera une tentative d’effraction.

La quincaillerie de sécurité doit être en acier. Des pennes à tête de champignon et des gâches de sécurité adaptées doivent intégrer tout le pourtour de la fenêtre. Elles préviennent l'ouverture de la fenêtre à l'aide d'un tournevis ou pied-de-biche.

Munissez vos châssis accessibles de l'extérieur d'une poignée à clé (sans laisser la clé sur la serrure !), afin de limiter les risques d'effraction avec une perceuse, la manipulation directe des pennes ou l'ouverture de la fenêtre après un bris partiel de vitre.

Le châssis devra être solidement fixé à la maçonnerie à l'aide de pattes de fixation, une par côté. Les lattes à vitrage doivent être fixées du côté intérieur du châssis.

Si vous conservez vos anciens châssis, plusieurs mesures sont envisageables :

Ajouter des poignées à clé et des verrous ; installer des barres de fenêtre côté intérieur, enchâssées dans la maçonnerie, empêchant leur ouverture vers l'intérieur ; installer des barreaux extérieurs fixés à la maçonnerie, avec un espace de 10 cm maximum entre chaque barreau (même si c'est moins esthétique), installer des volets motorisés de sécurité, etc...